Les juniors suisses valent de l’or

Stefan Bissegger (poursuite) et Hirschi-Müller (madison) champions du monde !

La Suisse est un petit pays mais la qualité de ses sujets, dans bon nombre de domaines, est reconnue bien au delà de ses frontières. C’est notamment le cas de ses sportifs dont la valeur n’attend pas le nombre des années. La preuve ? Avec cinq sélectionnés, Daniel Gisiger a récolté deux titres aux derniers championnats du monde juniors, à Aigle. Et pas n’importe lesquels : poursuite individuelle avec Stefan Bissegger, révélé notamment par son succès au sprint sur le Tour du Pays de Vaud 2015 à St.Prex, et madison (ex-américaine) avec Reto Müller et Marc Hirschi, ce dernier champion de Suisse sur route et vainqueur du TPV en mai dernier ! Entre autres victoires.
Pour un entraîneur national, il est difficile de faire mieux. D’autant plus que l’élite mondiale de la catégorie était au rendez-vous, dont les Australiens et Néo-Zélandais qui appartiennent, avec les Anglais, aux nations de pointe en ce qui concerne le épreuves sur piste. Une très belle réussite pour Daniel Gisiger qui, à l’issue du TPV 2016, confiait déjà: « On a rarement eu en Suisse une génération aussi douée ! »
Malgré ses excellentes performances sur route (9ème du TPV 2016), c’est en poursuite que Stefan Bissegger est le plus à l’aise et ces Mondiaux juniors en Suisse étaient inscrits en bonne place dans son agenda. Rendez-vous gagnant (comme Tom Bohli l’avait fait en 2012 en Australie) et avec la manière : près de six secondes d’avance sur le Danois Rasmus Pedersen ( !) alors que Joab Schneiter, autre sélectionné helvétique, s’est classé à la 29ème place (il sera 10ème de l’épreuve scratch).
Puissant, massif, Stefan Bissegger (18 ans) n’est pas sans rappeler un certain Robert Dill-Bundi, double champion du monde junior 1975-76 et champion olympique en 1980 à Moscou. Se hissera-t-il au niveau du grand espoir Stefan Küng, sacré champion du monde Elite de la spécialite en 2015 ? Il est dommage que pour Bissegger, les JO de Rio se présentent un, voire deux ans trop tôt ! Mais le Thurgovien est un sujet d’avenir, un véritable puncheur, qui peut nous réserver encore quelques belles surprises ces prochaines saisons.
On peut en dire autant de Marc Hirschi, incontestablement le meilleur junior suisse depuis deux saisons. Vainqueur notamment du GP Ruebliland et du GP Patton (Luxembourg) 2015, 3ème de Gand-Wevelgem, 6ème de Paris-Roubaix, vainqueur du Tour de Berne et du Tour du Pays de Vaud 2016 et double champion de Suisse sur route. Un palmarès déjà bien étoffé, qui s’est garni du titre mondial du madison avec son compère bâlois Reto Müller au détriment des Néo-Zélandais Stewart-Sexton et des Australiens O’Brien-Scott. Dans la foulée, le jeune Bernois a encore terminé 7ème de la course aux points, confirmant qu’il est aussi performant sur piste que sur route.
Et pourtant, c’est dans les courses par étapes que s’est révélé ce petit gabarit (1m68), aussi à l’aise contre la montre que sur des terrains accidentés. Un passe-partout qui s’affirme comme un redoutable finisseur grâce à une pointe de vitesse qui lui vaut de nombreux succès au sprint. Quel sera le futur de Marc Hirschi ? Difficile de le prédire mais il sera sûrement l’un des coureurs de base de l’équipe de poursuite qui prendra la succession du groupe olympique(**) (Schir, Pasche, Dillier, Beer, Thièry, Suter). D’ailleurs, avec Bissegger, Müller et le Vaudois Robin Froidevaux (11ème de l’omnium), il a contribué à la 4ème place de la Suisse en poursuite par équipes derrière la Nouvelle Zélande, le Danemark et la Grande Bretagne, mais devant la France, l’Australie, l’Allemagne et l’Italie !
Comme quoi la relève semble assurée grâce à un formidable travail en profondeur effectué depuis plusieurs années, tant à Aigle qu’à Granges où le cyclisme suisse sur piste vit des heures qu’il n’a plus connues depuis bientôt trois décennies ! Ou quand la qualité remplace la quantité…

(**) Champion du monde de poursuite en 2015, à 21 ans et demi, Stefan Küng aurait dû être l’homme de Rio, la locomotive de l’équipe de Suisse de poursuite qualifiée pour les JO en août 2016. Hélas, après une mononucléose qui l’a mis sur le flanc en décembre dernier et l’a privé des Mondiaux sur piste début mars, à Londres, il a trainé sa peine sur les routes du Giro après avoir terminé, malgré une chute, 7ème du chrono de Chianti sur 40,5 km à 58 secondes du Slovène Roglic (9ème étape). Le 23 juin, alors que l’espoir de BMC était parmi les favoris du contre la montre des championnats de Suisse, à Martigny, il était victime d’une nouvelle chute avec fracture de la clavicule gauche et fracture de l’os iliaque (bassin) ! Résultat ? Forfait pour les JO et l’équipe de Suisse décimée. Pour le remplacer, Daniel Gisiger a fait appel à Cyrille Thièry, ce qui fait passer à cinq le nombre de Vaudois retenus parmi les six sélectionnés suisses. Du jamais vu !
Bertrand Duboux, 30.7.2016